Turn over habituel, le papier peint est passé de mode avant de redevenir un revêtement tendance. À quelques différences près, il n’a pas pris une ride. Le papier peint vient amuser la galerie avec des décors très osés et très fournis sur lesquels il aurait été difficile de parier bien des années en arrière. Qu’à cela ne tienne, le papier peint est de nouveau sur les murs des chambres et des salons de nos maisons… Mais pas seulement !

Le papier peint est partout dans la maison ! On le retrouve sur les murs bien sûr mais aussi au plafond, en tête de lit, sur nos portes, nos contremarches d’escalier, nos armoires et nos commodes ou encore dans le fond de nos bibliothèques et jusque dans les salles de bains et les cuisines. Jamais plus sur 4 murs, - trop all-over -, le papier peint se veut d’être mis en valeur, remarqué et admiré. Un seul lé suffit, un pan de mur aussi.

Rien à voir avec une peinture, un crépi intérieur ou une crédence en carrelage, le papier peint est moins un revêtement qu’il n’est un véritable décor. Oui, c’est exactement cela : le papier peint est un décor, sorte de tableau gigantesque que l’on expose dans la maison.

Adieu papier peint ringard !

Du coup, on ose les couleurs, les formes graphiques et les motifs les plus originaux y compris ceux des très chargées toiles de Jouy ou des tissus Jacquard. Les modèles trompe-l’œil ont d’ailleurs plutôt la cote.

C’est finalement pour les mêmes raisons que l’on a détesté le papier peint hier que nous l’aimons aujourd’hui : pour son opulence. Le papier peint décoratif occupe une nouvelle place dans nos habitats et c’est tant mieux.

Le papier peint n’est plus en concurrence avec la peinture, laquelle à une époque, même si c’est encore un peu le cas, apparaissait plus facile à appliquer et plus chic car sobre. C’est là que tout a basculé : quand tout est devenu justement trop sobre dans nos maisons et que nous avons eu des envies de fantaisie et de gaîté. Les palettes de couleurs toutes plus infinies les unes que les autres, - des pastels aux couleurs flashy -, ne pourront jamais rivaliser avec l’originalité des créations en papier peint. La peinture est unie, un point c’est tout ! Avec le papier peint, c’est tout l’inverse. En plus, tous les imprimés sont possibles. On va même jusqu’à parler de collection de papier peint et de designer…

La peinture décore, le papier peint personnalise. La personnalisation de nos intérieurs est un argument déco qui colle parfaitement à la tendance et surtout à nos envies.

Le papier peint a donc fait évoluer son image (c’est peu de le dire) avec des imprimés de meilleures qualités qui ne laissent pas indifférents.


Les 5 critères indispensables :

  • Le style (il y en a pour tous les goûts soyez en sûrs)
  • La résistance aux UV (4 niveaux, de satisfaisant à excellent)
  • L’entretien (épongeable, lavable, lessivable et brossable)
  • La pose
  • Les raccords (plus il y en a, plus c’est difficile à poser)


Autre argument de taille : le nouveau revêtement des papiers peints

Vous avez certainement déjà entendu parler du papier peint intissé ? On l’obtient par assemblage, sur un support papier de fibres textiles. Pour savoir s’il s’agit d’un papier peint classique (le fameux papier peint mural) ou intissé, on se reporte aux étiquettes. Généralement l’information est mise en valeur.

Le dernier né des papiers peints, l’intissé comme on l’appelle aussi, s’applique directement sur les murs couverts de colle. Et nul besoin de découpe préalable, tout se passe directement là, sur le mur ! La pose est automatiquement plus facile et plus rapide. On estime à 3h, le temps d’habillage d’une pièce de 20 m². Plus résistant, car plus épais, il s’applique sur les supports même avec des défauts et camouffle les imperfections. Dans les pièces humides, l’intissé a toute sa place. Dernier avantage (et pas des moindres), avec lui : terminé les corvées d’arrachage. La plupart des modèles pouvant être retirés à mains nues et à sec en commençant dans les coins.

Il peut également jouer avec notre sens de la perception puisque l’intissé s’amuse à créer l’illusion d’autres revêtements (briques, lambris, etc.), de mobilier (bibliothèque, portes anciennes, fenêtres sur jardin, etc.) ou de jardin d’hiver voire nous plonger au cœur d’une jungle plus vraie que nature.


Bon à savoir :

  • Choisissez un papier peint bien adapté à la pièce où il se destine. Par exemple : un papier résistant à l’humidité et aux tâches dans une cuisine ;
  • Assurez-vous que l’ensemble des rouleaux choisis proviennent du même bain ;
  • Calculez la bonne quantité de papier peint à acheter (surface à recouvrir moins la surface des ouvertures et des placards) ;
  • Utilisez une colle qui correspond au type de papier et à son grammage.