Contre quoi protéger son bois

L’humidité

Le bois a la faculté naturelle d’absorber ou de perdre de l’eau en fonction de l’humidité ambiante. On dit qu’il est hygroscopique.

Cette caractéristique a des conséquences sur l’aspect et la forme du bois :
• Gonflement lors de périodes de forte humidité
• Rétractation lorsqu’il sèche, avec possible fendillement
• Bleuissement, puis noircissement dû à l’humidité
• Favorisation de l’apparition de champignons ou de moisissures si l’humidité persiste

La chaleur et le froid

Le bois est sensible à la température, notamment si les écarts sont importants.
Lorsque la température est trop extrême (gel, canicule), il peut se fendiller.
Si le bois est en contact avec notre peau, il faut faire attention car il retient le froid comme la chaleur.
En plein été, s’il est exposé en plein soleil, il peut quasiment atteindre les 60°C. A l’inverse, au plus froid de l’hiver, sa température peut descendre sous la barre des -25°C.

La pollution

La poussière et la pollution provoquent un ternissement du bois, qui lui donne une couleur grisée.

La lumière

Quand il est exposé longtemps en plein soleil, le bois peut prendre une teinte jaune superficielle.

Les insectes et champignons

Chaque type d’insecte ou de champignon a une manière particulière de détériorer le bois. Si vous constatez un dépôt de sciure ou la création de petites galeries, cela révèle souvent la présence d’insectes.
Suite à une invasion d’insectes, il est primordial de déterminer l’espèce en présence avant d’agir. En effet, si des termites sont détectés, le propriétaire a l’obligation de faire une déclaration en mairie.

Préparer le bois

Avant de commencer le traitement du bois, il est important de le préparer pour améliorer son efficacité. Les traitements s’utilisent uniquement sur bois bien sec et propre.
Si le bois a été attaqué par l’humidité, la première étape est d’assécher la partie à traiter, et si possible son environnement.

Ensuite, commence la préparation du bois :
• Décapage les anciennes finitions
• Ponçage au papier de verre
• Dépoussiérage

Cette étape permet d’identifier les parties abimées ou infectées. Si le bois est trop vermoulu, renforcez ou remplacez les parties concernées.

Pensez à vous préparer également : portez des gants, des lunettes et une combinaison. Dans le cas de l’utilisation de traitements par pulvérisation, le port d’un masque à cartouche est recommandé.
Dans tous les cas, manipulez les produits avec précaution.

Traitement du bois

Les types de traitements

Quel que soit le type de traitement, veillez à bien suivre les instructions sur la manipulation et les quantités de produit à utiliser, afin que le produit agisse efficacement.

Le traitement préventif

Il est appliqué sur un bois sain, pour éviter les attaques d’insectes et de champignons.
Certains éléments sont plus susceptibles d’être infestés :
• La charpente
• Les panneaux de particules, parois, marches, vérandas…
• Les revêtements extérieurs, poteaux, fondations, lambris

D’une manière générale, tous les bois ont des risques d’attaques plus élevés :
• Dans les régions et zones humides
• Dans les zones concernées par les invasions de termites. Des cartographies existent pour situer quelles sont les zones à risque.

Le traitement préventif est normalement prévu pour protéger le bois pendant plusieurs années, la durée étant variable selon les produits utilisés, l’essence de bois et l’exposition aux intempéries, aux UV, aux insectes…
Lors de l’application du produit, badigeonnez l’ensemble des éléments au pinceau. Posez 2 ou 3 couches de produit (il n’est pas nécessaire d’attendre que la première couche sèche totalement pour poser la suivante).

Le traitement curatif

Il s’utilise pour les bois déjà attaqués ou abimés.
Comme pour le traitement préventif, le bois doit être sec. De plus, il est préférable de s’assurer que l’environnement du bois reste le plus sec possible, car l’humidité peut favoriser le retour de champignons.

Après un premier épisode d’infestation, le bois est plus vulnérable à de nouvelles attaques. Aussi, il est primordial de s’assurer que le traitement est suffisant pour éradiquer totalement les insectes et les champignons. Si ce n’est pas le cas, des signes d’attaque peuvent réapparaître localement, et il faudra traiter à nouveau les parties concernées.
Il est donc nécessaire de traiter le bois jusqu’à saturation.

Si le bois est exposé aux intempéries, il se peut qu’il soit également fragilisé après un traitement. Si la lasure commence à se dégrader, il faut alors rapidement le poncer, réappliquer un traitement préventif (ou curatif s’il commence déjà à s’abimer), et poser une nouvelle couche de lasure.

Il existe plusieurs techniques de traitement curatif :
• La pulvérisation (ou aspersion)
• L’injection : le produit est injecté à l’aide d’une seringue dans des trous de 8 à 10mm de diamètre. Cela permet de noyer les galeries creusées par les insectes. Ce système est plutôt réservé aux bois épais d’au moins 50mm.
• Par trempage : les éléments sont plongés pendant environ 30mn dans un bac rempli de produit de traitement.

BON A SAVOIR

Attention, un bois traité ne doit jamais être brûlé.