Contrecollé ou massif ?

Le parquet contrecollé (ou multicouches) est un assemblage de 3 couches de bois :
• La couche supérieure de bois noble (parement) reçoit la finition (aspect naturel, brossé, mat, vernis ou huilé)
• Le support, composé de lattes ou d’un panneau de particules ou fibres haute densité
• Le contre-parement, généralement composé d’une couche de bois résineux permet de stabiliser l’ensemble.

Les parquets contrecollés sont parfaitement adaptés à la pose flottante. Ils sont de plus en plus proposés avec un système d’assemblage pas « clic » (ou clip) garantissant ainsi une pose rapide et facile, sans colle ni outil.

Le parquet massif est composé de lames en bois massif. Il est robuste et possède une très grande durée de vie. Il peut être poncé et rénové plusieurs fois, selon l’épaisseur. Les lames plus minces peuvent être collées, tandis qu’elles seront clouées pour les parquets plus épais.

Monolame ou multilames ?

Il s’agit essentiellement d’un aspect esthétique.
Le parquet monolame est constitué d’un seul élément de bois. Les monolames accentuent la notion d’espace et sont conseillées pour les grandes surfaces.
La lame « multilame » est composée de 2 ou 3 lames étroites préalablement collées sur un support unique.

Quelle essence ?

Qu’elle soit claire ou foncée, la couleur d’un parquet évolue avec le temps. L’action des rayons ultra-violets modifie la teinte du bois neuf. Le déplacement d’un tapis ou d’un meuble sur un parquet neuf après quelques semaines révèle nettement le phénomène d’oxydation du bois. La surface découverte, plus claire, reprendra en quelques semaines la couleur générale du parquet.

Le parquet chêne est le plus classique et sûrement le plus apprécié, grâce à ses qualités de durabilité et de résistance au temps. Ses couleurs nuancées permettent tous les styles.

Les essences exotiques sont beaucoup plus riches en couleurs et en nuances.

Différentes essences de bois pour parquet

Avec ou sans chanfrein ?

Le chanfrein correspond aux bords biseautés de la lame, l’assemblage de 2 lames créant ainsi un joint en V, plus ou moins profond. Le chanfrein renforce l’aspect authentique du parquet et permet de créer une perspective et une impression de profondeur de pièce.

Certains parquets sont proposés avec chanfrein, sur la longueur ou sur les 4 côtés d’une lame.

Pose collée ou flottante ?

La pose collée consiste à coller totalement le parquet sur le sol. Elle doit se faire sur une chape adaptée (plane pour une bonne adhérence, etc.), en évitant d’appliquer trop de colle.
La pose flottante est surtout très pratique en rénovation pour changer facilement un vieux revêtement (moquette, linoléum, pierre ou carrelage).

Précautions à prendre

• SEC : Veiller à ce que le support soit plat, propre, solide et parfaitement sec (niveau d’humidité de la chape < 2,5%).

• INDISPENSABLE : Entreposer les colis SANS LES OUVRIR au moins 3 jours avant la pose du plancher, afin que le matériau se stabilise à la température et l’hygrométrie de la pièce.

• HUMIDITE : afin d’éviter tout risque d’humidité, utiliser, en pose flottante, un film polyéthylène de 150 à 200 microns avant de poser la sous-couche.

• DILATATION : Prévoir un joint de dilatation sur tout le pourtour de 1,5mm/ml de parquet déployé, avec un minimum de 8mm, qui sera ensuite masqué par les plinthes (ou les quarts de rond).

• POSE : Toujours commencer la pose d’un plancher le long d’un mur (d’entrée de préférence)

• ATTENTE : contrairement à la pose flottante, la pose collée nécessite un temps d’attente avant de marcher sur le sol.

• CLOUER : pour une pose clouée, séparer les lambourdes de 40cm maximum, en les alignant au cordeau sur les lambourdes extrêmes. Utiliser des clous sans tête, de 60mm. Clouage en biais.

• DTU : Respecter les DTU n°51-1, 51-2, 51-11, qui définissent les règles de l’art en matière de pose.